Travail dissimulé : gare à la solidarité fiscale !
Publié le

Travail dissimulé : gare à la solidarité fiscale !

Fiscal

Après avoir employé du personnel mis à disposition par une agence d’intérim, une société reçoit une demande « inattendue » : l’administration lui réclame le paiement solidaire de suppléments d’impôt mis à la charge de l’agence d’intérim, à la suite de la découverte de travail dissimulé. Des sommes que la société refuse de payer. À tort ou à raison ?

Travail dissimulé et solidarité fiscale : une question de vigilance !

Une société, qui exerce une activité de boucherie, emploie des salariés mis à sa disposition par une entreprise d’intérim.

À la suite d’un contrôle, l’administration fiscale met à la charge de l’entreprise d’intérim des suppléments d’impôt sur les sociétés, de TVA et d’autres taxes assises sur les salaires, après avoir constaté un délit de travail dissimulé.

Une situation loin d’être neutre pour la boucherie qui, en sa qualité de donneur d’ordre, est appelée à payer une partie de ses suppléments d’imposition… Ce qu’elle conteste !

« À tort ! », pour l’administration, qui estime que la société n’a pas respecté son devoir de vigilance.

« Prouvez-le ! », répond le juge qui, non convaincu par les éléments présentés, estime que l’affaire doit être rejugée pour déterminer si le paiement solidaire des suppléments d’impôt par la société de boucherie est, ou non, justifié.

Travail dissimulé : gare à la solidarité fiscale ! - © Copyright WebLex

Découvrez également

Publié le

CFE et transfert d’activité : une double imposition ?

Lire

Publié le

Octroi de mer : assembler, c’est produire ?

Lire

Publié le

BSPCE : un outil pour « fidéliser » vos salariés

Lire