Suppression d’un bonus : signer, c’est renoncer ?
Publié le

Suppression d’un bonus : signer, c’est renoncer ?

Social

La signature, par un salarié, d’un avenant à son contrat de travail ne comportant pas la mention d’un bonus qu’il touchait pourtant jusqu’à présent vaut-il suppression de cet avantage financier ? Réponse du juge…

Le salarié a-t-il clairement accepté la suppression de son bonus ?

Un salarié est engagé en qualité de directeur d’étude senior par une société.

Après avoir été licencié, il saisit le juge de diverses demandes, notamment concernant le versement d’un bonus que l’employeur a décidé de supprimer sans son accord.

Mais pour l’employeur, le salarié a bien donné son accord pour sa suppression : il a signé un avenant à son contrat de travail qui ne faisait pas état de ce bonus...

Un argument qui ne suffit pas à convaincre le juge, qui rappelle que l’accord du salarié à la suppression de cet élément de sa rémunération supposait de caractériser une volonté claire et non équivoque de sa part, ce qui ne semble pas être le cas ici…

Suppression d’un bonus : signer, c’est renoncer ? - © Copyright WebLex

Découvrez également

Publié le

Travail saisonnier agricole : la lutte contre la fraude s’organise

Lire

Publié le

À quel moment apprécier le cas de recours au CDD ?

Lire

Publié le

Droit au congé et arrêts maladie : un problème ?

Lire